Exposition : Robert Morris. Le corps perceptif

Au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne (42), l’exposition consacrée à Robert Morris (1931-2018) présente quatorze œuvres de l’artiste américain datant des années 1960 et 1970. Sans prétendre à l’exhaustivité, le parcours plonge les visiteur·euses dans son univers créatif en les confrontant corporellement à ses premiers travaux.

Après le Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean (Luxembourg), c’est au tour du MAMC+ de présenter « Robert Morris. Le corps perceptif », une exposition coproduite par les deux institutions et conçues par les commissaires Jeffrey Weiss et Alexandre Quoi. Né en 1934 à Kansas City (Missouri) et disparu en 2018 à New York (New York), Robert Morris a joué un rôle majeur dans l’élaboration du minimalisme, mouvement artistique apparu dans les années 1960 aux États-Unis. Artiste célèbre, théoricien et enseignant, il a marqué le courant autant que l’art contemporain.

À la différence d’une rétrospective, cette exposition monographique n’aborde pas l’œuvre de Robert Morris dans une perspective strictement historique, mais invite le public à faire l’expérience de ses sculptures. Divisé en sept salles distinctes, le parcours présente dans chaque espace une installation ou un ensemble d’objets, et met l’accent sur la relation intersubjective sujet-objet dans l'espace. Déambulant dans l’exposition, les spectateur·rices se retrouvent alors confrontés corporellement à ces « objets spécifiques » : des installations monumentales, des pièces en feutre industriel pliées ou découpées, des « large-form objects » ou encore des sculptures « anthropomorphiques ». 

Le MAMC+ nous surprend une nouvelle fois, cette fois-ci en nous engageant dans un corps à corps singulier avec les œuvres de Robert Morris. Un parti pris audacieux qui valut à l’exposition d’être récompensée par le label « Exposition d’intérêt national » du Ministère de la Culture.

« Robert Morris. Le corps perceptif », du 1er juillet au 1er novembre 2020, au MAMC+, à Saint-Étienne (42). Pour en savoir plus, visitez le site du MAMC+.

Visuels : Vue de l’exposition « Robert Morris. The Perceiving Body – Le corps perceptif » au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole, 1er juillet – 1er novembre 2020. Crédit photo : Aurélien Mole / MAMC+
1) Robert Morris, Untitled (Mirrored Cubes), 1965/1971, miroir et bois, chaque cube : 91,4 x 91,4 x 91,4 cm, collection Tate, Londres. © Adagp, Paris 2020
2) Untitled (Scatter Piece), 1968-1969/2009, feutre de laine pressé, acier, acier galvanisé, acier cuivré, plomb, aluminium, laiton, dimensions variables, collection Art Institute of Chicago © Adagp, Paris 2020
3) Robert Morris, Untitled (Portland Mirrors), 1977, bois de sapin Douglas de longueur variable, 4 unités, 182,88 x 243,84 cm, 30,5 cm de section (chaque), miroirs, 4 unités, 183 x 244 cm (chaque), collection Estate Robert Morris, Courtesy Castelli Gallery, New York
© Adagp, Paris 2020
4) Robert Morris, Untitled (Felt Piece), 1974, feutre, bois, 190 x 970 cm, collection MAMC+ achat, 1975. © Adagp, Paris 2020
5) Robert Morris, Untitled (Brown Felt), 1978, feutre, collection privée
6) Robert Morris, Untitled (3Ls), 1965, contreplaqué, 243,8 x 243,8 x 61 cm, collection Christian et Franziska Hausmaninger,© Adagp, Paris 2020

La Rédaction